Interview de Martine Pinville, nouvelle présidente de VVF Villages : « VVF a su préserver ses valeurs tout en réussissant à se réinventer »

vendredi 27 avril 2018 VVF Villages France ESS - Économie circulaire
Territoires - Destinations
HébergementTerritoires et destinations
Interview de Martine Pinville, nouvelle présidente de VVF Vi ...

Martine Pinville, ancienne secrétaire d’Etat chargée du Commerce, de l’Artisanat et de l’Economie sociale et solidaire, vient d’être élue présidente de VVF Villages pour une durée de 3 ans. Très engagée dans le monde associatif, Martine Pinville s’est intéressée dès sa prise de fonction ministérielle aux enjeux du tourisme durable en France. Fervente défenseur du droit aux vacances pour tous, l’ex – membre du gouvernement a conduit une série d’initiatives en ce sens, dont la création d’un label « 80 ans des congés payés ».

Dans une interview accordée au réseau  ATD, la nouvelle Présidente nous expose son engagement pour l’association VVF Villages, acteur majeur du tourisme social et membre du Conseil d’Administration d’ATD, tout en nous livrant sa perception de l’avenir du tourisme durable en France.

ATD : D’où  vous vient cet  engagement particulier pour le tourisme social et pour le concepteur de villages vacances VVF Villages ?

Martine Pinville : J’ai toujours été engagée dans le monde associatif. Dans le monde professionnel notamment, j’ai été très tôt engagée syndicalement. Cet intérêt pour le monde dans lequel je vis est en quelque sorte mon ADN, la notion  même d’engagement me motive et me mobilise. Quand je suis arrivée au Ministère de l’économie, j’avais dans mon périmètre le tourisme et l’économie sociale et solidaire (ESS), deux axes sur lesquels je me suis beaucoup investie. C’est au cours de mes déplacements professionnels que j’ai fait la connaissance d’acteurs du tourisme social tels que VVF Villages ou l’Union Nationale des associations de tourisme (UNAT). La dynamique de ces associations m’a plu, tout comme leurs valeurs et leurs engagements qui mêlaient à la fois tourisme et ESS. Mon intérêt s’est développé ainsi, et nous nous sommes rencontrés à de nombreuses reprises lors de ma période ministérielle, notamment pour travailler sur le sujet des « 80 ans des congés payées ». Mon engagement s’est poursuivi après la fin de mes fonctions de secrétaire d’Etat,  en rentrant au conseil d’administration de VVF Villages.

 

ATD :  VVF Villages fête cette année ses 60 ans. Qu’est-ce qui, selon vous, fait aujourd'hui de VVF Villages un acteur majeur du tourisme durable en France ?

M.P : VVF Villages est un acteur majeur du tourisme en France car il dispose d’une forte capacité d’actions. C’est le 1er acteur du tourisme social en France, avec plus de 400 000 vacanciers accueillis chaque année au sein de ses 85 établissements.

L’association VVF Villages s’articule autour de 2 axes. Tout d’abord,  l’accès aux vacances pour tous -  sujet auquel je suis extrêmement sensible -  représente en quelque sorte la continuité des congés payés. Ces derniers ont toujours été considérés comme une véritable avancée sociale, mais faut-il encore que les Français puissent partir. Dans un deuxième temps, nous favorisons le développement économique des territoires, en termes d’emplois et de liens directs avec les acteurs locaux. L’utilité sociale du groupe, à travers ces deux axes, représente à elle-seule la définition du tourisme durable, avant même que cette notion n’apparaisse officiellement. Le tourisme durable, et par extension le développement durable, peuvent encore nous paraître « nouveaux », et pourtant, ces  termes  sont dans l’ADN-même de VVF Villages depuis sa création en 1959.  

VVF Villages est aujourd’hui une association « d’un certain âge », qui a su préserver ses valeurs tout en réussissant à se réinventer. Dans le tourisme, et peut être à plus forte raison dans le tourisme social, l’innovation est la clef de la réussite.  A sa création, le concepteur de villages répondait déjà aux attentes et aux besoins de la société.  Ils ne sont aujourd’hui plus les mêmes qu’il y a 60  ans, mais VVF Villages a su s’adapter et doit encore s’adapter, car il reste tant des choses à faire.

 

ATD :   Quelles sont les politiques et actions  majeures de VVF Villages à venir ?

M.P : En interne, nous pouvons tout d’abord évoquer la mise en place d’une offre de formation proposée aux salariés. Nous proposons par exemple à ces derniers d’accéder à des formations de directeur de village ou plus simplement au BAFA. Ces formations témoignent d’une grande mobilité interne ainsi que d’une grande accessibilité de la part des salariés, quel que soit leur parcours ou leur domaine.

En externe, notre plus grosse action consiste à monter des jumelages entre communes où sont implantés des villages, afin de permettre à des familles en difficulté de pouvoir partir en vacances. Ce modèle existe déjà dans un de nos villages, où une famille de chaque commune est accueillie tous les ans gratuitement. L’idée est née d’un directeur, qui en collaboration avec le maire de la commune, a créé un échange avec un autre village. Un échange entre la mer et la montagne. Des élus ont ensuite demandé s’il était possible de développer ça sur tout le parc VVF, et ainsi faire rentrer ces jumelages dans nos pratiques courantes. C’est une dynamique du bas vers le haut sur laquelle nous insistons fortement.

 

ATD : Comment imaginez-vous l’avenir du tourisme social en France ?

M.P : L’avenir du tourisme social ne doit justement plus passer par cette appellation « social », bien que je l’admire beaucoup. L’appréciation et la lecture du « tourisme social » cloisonne, et ce n’est pas uniquement le cas pour VVF Villages.  C’est un phénomène que je retrouvais également dans l’ESS, qui se renferme dans son propre écosystème de « l’entre soi ». Il est donc extrêmement important de travailler sur cette notion de « tourisme social ». C’est pour cela qu’une personne chez VVF Villages est en charge de la marque et de son développement. Il faut apprendre à valoriser nos actions, grâce à une bonne communication en interne comme en externe.

Ce que j’espère, c’est qu’un jour nous n’aurons plus à parler de « tourisme social » ou même de « tourisme durable », mais de « tourisme » tout court. C’est un enjeu important pour VVF Villages. Tout en préservant ses  valeurs humanistes, citoyennes ou durables, le concepteur de villages doit devenir un opérateur touristique comme les autres, qui ne se différencie plus pour son « tourisme social ». Nous nous devons de diffuser aux autres structures touristiques l’ensemble de nos valeurs, de les « contaminer », afin qu’ils puissent tous les adopter. Le tourisme est un outil fort de sensibilisation au « vivre ensemble ». Prenons l’exemple d’un immeuble : il peut y avoir des familles différentes, avec également des accès et des tarifs différents pour y résider. Mais l’objectif est que tout le monde vive ensemble. C’est la même chose dans le tourisme : les acteurs touristiques doivent permettre à chacun de pouvoir partir en vacances et dans l’endroit de son choix.

Enfin, l’avenir du tourisme passe par un retour au « local ». Par exemple, nous mettons au cœur de notre démarche RSE l’employabilité locale ou la formation des cuisiniers aux achats responsables. La société revient aujourd’hui à d’autres formes de consommation, à des circuits courts qui se développent sur tous nos territoires. Je pense que ce sera la même chose pour les vacances.

 

ATD : Nous sommes très fiers d'avoir VVF Villages au sein du conseil d'administration d'ATD. Pourriez- vous nous dire pourquoi VVF a choisi de s'impliquer au sein du réseau et comment, selon vous, les acteurs du tourisme peuvent-ils faire bouger les lignes ?

M.P : VVF Villages et ATD partagent des valeurs communes : l’accès aux vacances et le développement des territoires. Lorsqu’on s’implique dans des réseaux tel qu’ATD, c’est à son écosystème que l’on s’intéresse : on échange des bonnes pratiques et cela créé une véritable dynamique, afin de « contaminer » tous les acteurs et développer de nouvelles actions.

ATD contribue à nourrir VVF Villages. Delphine Joannet, notre responsable RSE, également membre du conseil d’administration d’ATD, met en place « seule » les démarches RSE au sein du parc VVF.  En intégrant un réseau tel qu’ATD, mon ressenti est que Delphine se retrouve face à des personnes qui sont en capacité de la nourrir : à chaque retour de conseil d’administration, Delphine a 200 idées et 300 envies. Ce qui est nourrissant pour notre responsable RSE fini par être déployé de manière concrète sur le terrain.  Les réflexions lancées avec ATD et les échanges de bonnes pratiques « pollinisent » ainsi les vacanciers et salariés.

 

ATD : En tant qu'ancienne secrétaire d'État chargée du Commerce, de l'Artisanat, de la Consommation et de l'ESS, comment l’Etat français doit-il aborder  le tourisme durable ?

M.P : Ce n’est pas à l’Etat d’aborder seul le sujet. L’Etat doit bien évidemment fixer un cadre, mais c’est à nous en tant qu’acteurs du tourisme de nous mobiliser et d’être force de proposition. Il faut éviter les réunions et politiques trop conceptuelles, que je trouve parfois trop déconnectées du terrain, si je ne puis dire « hors sol ». Ce ne sont pas les concepts qui manquent, c’est ce que j’ai pu constater lors de mon expérience ministérielle. On sait créer des concepts, mais vient ensuite la question de leur déploiement sur le terrain. Il faut donc savoir comment est-ce que les acteurs tels que VVF Villages et l’ensemble des citoyens peuvent s’impliquer dans ce déploiement. C’est ce que je  trouve intéressant chez VVF Villages : l’opérationnel. La dynamique est vraiment riche et les projets peuvent ici se concrétiser très vite. On voit vraiment les choses sortir de terre, ce qui apporte une véritable satisfaction au groupe. Quand on a les compétences, les dynamiques et le volontariat, tout peut aller très vite. Prenons en exemple l’axe RSE des publics dits « fragiles » : les actions lancées sur la base du volontariat se sont mises en place très rapidement. En 4 mois à peine, nous avions déployé notre politique à l’échelle de tous les villages VVF de France.

Enfin, pour toute politique mise en place, il faut également lui imposer un suivi et savoir l’évaluer au bout d’un certain moment : on sensibilise, on évalue, on réadapte, et ainsi de suite.  Au-delà du concept, c’est donc la manière de mettre en œuvre qui est importante ainsi que la dynamique que cela apporte à VVF Villages. Et à la différence des concepts, les actions ne doivent  pas être pensées uniquement pour demain, mais avant tout pour maintenant.

En images

<
>