L'Année internationale du tourisme durable pour le développement, Kézako ?

vendredi 17 février 2017
Actus du réseau
Actus du secteur
France
International
Communication - Sensibilisation
Labels - Certification
Politique - Réglementation
Mobilité et transportsHébergementProducteurs et distributeurs de voyagesTerritoires et destinationsActivités et loisirs
L'Année internationale du tourisme durable pour le développe...
Tourisme Durable Twitter Chat #TDTC spécial AITDD

Un mardi sur deux, ATD organise un chat’ thématique sur Twitter avec un invité convié pour l’occasion. Le 14 février 2017, accompagné de Justine, de l’association Hopineo, nous avons choisi d’aborder le thème de 2017, Année internationale du tourisme durable pour le dévelopepement (AITDD). Une bonne manière de faire le point, en cinq questions, sur les enjeux et les attentes, dans le domaine du tourisme durable, que suscitent cette année spéciale initiée par les Nations Unies et coordonnée par l'Organisation Mondiale du Tourisme (OMT). #IY2017

L’AITDD pour vous, ça veut dire quoi ? Réel espoir ou énième célébration ?

A la lecture de divers articles, enquêtes d’opinions, micros-trottoirs et autres discussions, il est clair que le tourisme durable n’évoque pas grand-chose pour la plupart des gens ou reste victime d’idées reçues. Pour Hopinéo, l’AITDD est une très bonne initiative puisque ça permet déjà de faire parler de tourisme durable, mieux le définir et le démystifier [Teragir], de remettre l’humain et la nature au cœur du tourisme [Les globe-blogueurs] [Fairbooking] !

Alors que ce secteur d’activité gourmand en ressources naturelles est souvent décrié par l’opinion publique, l’AITDD est une reconnaissance internationale de la contribution du tourisme au développement durable [Sara Duong], c’est un élan, une volonté, un optimisme, un moteur pour le tourisme de demain…et d'aujourd’hui [Terre des Sames]. C’est un signal fort envoyé aux acteurs du tourisme sur la nécessité d’agir rapidement, et de s’ancrer définitivement dans le développement durable [Teragir].   

L’AITDD est également un bon levier éducatif, certaines écoles spécialisées dans le tourisme, ont accéléré la mise en place du thème du développement durable dans leurs programmes [Voyageons autrement]. À l’ESCAET, par exemple des cours de développement durable et de responsabilité sociétale des entreprises sont donnés aux futurs professionnels [Morgane Robin]

En somme, à nous de faire de l’AITDD un réel espoir et non une énième célébration [Hopinéo] ! 

 

Le tourisme durable pour le développement, concrètement ça donne quoi ? Avez-vous des exemples de bonnes pratiques ?

Chacun est d’accord pour dire que le tourisme durable pour le développement s’articule, bien évidemment, autour de bonnes pratiques, mais aussi autour de valeurs communes qui ne sont pas uniquement des arguments marketing censés faire vendre des voyages et des destinations. Ces valeurs évoquées par les intervenants, sont le respect de l’environnement (sauvegarde de la biodiversité et des paysages), et des populations (équité et partage), la recherche d’un développement harmonieux des activités, ainsi que le partage des bénéfices économiques pour favoriser le progrès social [Sara Duong].

Pour Terre des Sames, le tourisme durable pour le développement passe par la sensibilisation des touristes aux bons gestes à adopter lors de leurs déplacements mais aussi des populations locales qui ont un rôle majeur à jouer. L'adhésion à des associations est aussi une manière de soutenir les initiatives locales telles que Rurahelp qui développe des lampes solaires pour une école du Burkina Faso.

Si on retrouve chez ATD, un bon nombre d'exemples d'actions à mettre en oeuvre, les labels Pavillon Bleu et Clef Verte sont aussi des réseaux de partage de bonnes pratiques. Ces bonnes pratiques doivent être diffusées par la formation des professionnels en place, comme des futurs acteurs du secteur [Morgane Robin].

La question de l'éco-responsabilité est majeure, il faut absolument que les entreprises du secteur touristique intègrent l'impact de leurs activités sur l'environnement, ainsi que sur les économies et les populations locales; dans le secteur de l'hôtellerie, le développement durable est sans aucun doute un levier de compétitivité pour les hôtels [Sabine Mosser]

 

Quelles recommandations, messages, doit-on faire passer aux décideurs politiques ?

Les enjeux du développement durable doivent être pris en compte par nos politiques de manière transversale, et doivent être au cœur des stratégies de demain [Guillaume Cromer]. Les décisions, et les actions qui en découlent sur un territoire, doivent intégrer une gouvernance la plus large possible, une vision à long terme en se reposant plus sur les acteurs, et non comme parfois, uniquement sur des cabinets de consultants [FairBooking]. Le développement durable n’est pas un axe de communication, ni une option, mais une nécessité pressante dans le monde d’aujourd’hui [Sara Duong]. C’est pour cela que nos gouvernants doivent s'engager dans des politiques touristiques cohérentes sur leurs territoires [Terre des Sames]. Le développement durable constitue une réelle opportunité, bien plus qu’une contrainte [ClefVerte], dans les domaines économiques et social, notamment dans la perspective de création de nouveaux emplois.

En ce qui concerne notre pays, et sa place dans le peloton de tête des grandes destinations touristiques, la France se doit d’être exemplaire dans le domaine du développement durable [Morgane Robin]. Le tourisme durable est réellement une opportunité économique, et on ne peut que conseiller aux politiques de prendre en compte les conseils et avis, des acteurs du tourisme, grands et petits, engagés dans ce processus [Voyageons autrement][Les globes-blogueurs]. C’est bien parce que le tourisme a un impact environnemental important, comme beaucoup d’autres secteurs en mutation, que la question de son développement vertueux, doit-être au cœur des stratégies touristiques publiques, et professionnelles [Clef verte].

Toutefois, n'attendons pas tous des politiques pour changer nos représentations et habitudes car n'oublions pas que le changement c'est nous, et que cela passe d'abord par soi [Les globe-blogueurs]. L'avenir de notre planète est de notre responsabilité partagée [TourismesTV]

 

Avez-vous prévu des actions spéciales pour l’AITDD ?

Tous les participants engagés dans ce Tourisme Durable Twitter Chat souhaitent donner une visibilité importante à l'AITDD au travers d'actions de communication et/ou d'événements. Un préalable, étant de faire connaître et partager les objectifs de cette Année internationale.  

Pour ATD, qui s'est positionné auprès de l'OMT comme coordinateur de l'Année en France, les projets sont particulièrement riches : conférences de presse, coordination de Village thématique sur le Salon Mondial du Tourisme, création d'une web série dédiée, organisation des Universités du Tourisme Durable et le lancement des Victoires du Tourisme Durable en guise de clôture. 

Pour Hopinéo, 2017 sera l'occasion de lancer une nouvelle version de la plateforme, plus simple, plus accessible avec toujours plus de voyageurs et de bonnes pratiques. 

Voyageons-Autrement.com continuera à relayer les actions mises en place par chacun, comme les conférences organisées par ATD, et lancera à partir de Mars, une campagne sur Instagram pour faire parler du sujet. 

Du côté de Clef Verte, plusieurs opérations au programme : les "Instants Clef Verte" permettront de découvrir la démarche d'un établissement et mettre en valeur ses bonnes pratiques, des blogueurs partageront leurs "expériences Clef Verte" auprès de leurs communautés, et des rencontres terrains sont prévus pour faciliter la mise en réseau des gérants. 

Pour ID-Tourisme, il s'agira d'organiser plusieurs événements dans les Alpes avec des réseaux comme Alpine Pearls ou Mountain Riders  pour faire en sorte que le tourisme en montagne rime avec tourisme durable. Les Stations Vertes organisera d'ailleurs en mai une fête de l'écotourisme pour sensibiliser au respect de la nature. 

En visite à Paris ? PariSolidari-Thé proposera également des expériences ludiques avec des jeux de piste participatifs et solidaires autour du développement durable. 

 

Comment tous les acteurs, publics, privés, consommateurs, peuvent-ils faire avancer ensemble le tourisme durable ?

Il faut bien entendu, tous ensemble, valoriser les retombées économiques, sociales, et environnementales du tourisme durable [Fairbooking], favoriser le partage d'expériences et de bonnes pratiques autour de lieux dédiés à la transmission [Hopineo]. Pourquoi pas la création d’un observatoire du tourisme durable [Fairbooking]. Organiser des réunions entre citoyens professionnels et acteurs publics pour mutualiser les connaissances et faire évoluer les projets [Morgane Robin]. Mettre en oeuvre une nouvelle gouvernance du tourisme, plus soucieuse d'impliquer l'ensemble des acteurs en présence, dans la gestion durable des destinations [Hopineo]. Aider les acteurs du tourisme durable à mieux communiquer par exemple avec un manuel de Marketing pour tous [Voyageons Autrement]. Mais aussi en restant vigilant sur les destinations que l'on choisit de mettre en avant dans nos communications à destination du public, privilégier les destinations engagées et boycotter certaines autres [TourismesTV]. En rejoignant la belle dynamique du réseau ATD [ID-Tourisme] !  

En images

<
     
>