La Formation : Où en est-on ?

vendredi 24 mars 2017
Actus du réseau
Actus du secteur
France Technologie - E-Tourisme
Communication - Sensibilisation
Politique - Réglementation
Territoires - Destinations
Mobilité et transportsHébergementProducteurs et distributeurs de voyagesTerritoires et destinations
La Formation : Où en est-on ?
Twitter Tchat Tourisme Durable et Formation #TDTC

Un mardi sur deux, ATD organise un chat’ thématique sur Twitter avec un invité principal convié pour l’occasion. Le 14 mars dernier, accompagné de Constance HUCKENDUBLER, Directrice des contenus formations de l’ESCAET, école supérieure de commerce spécialisée dans le tourisme, nous avions choisi d’aborder le thème de la formation. Il s’agissait de faire un point sur celles qui existent, d’en cibler les carences, leurs développements éventuels, ainsi que les débouchées professionnelles proposées en matière de tourisme durable.

 
Tourisme Durable et formation, où en est-on ? Quel état des lieux ?

Aujourd’hui, on constate l’existence de nombreuses formations qui séduisent les étudiants, considérant que le tourisme durable reste un marché de niche au potentiel fort. [AJA Tourisme]. On peut citer, le « Master 2 Tourisme » de l’IREST qui propose un module développement durable conséquent [Olivier Ranson], la Licence pro « Concepteur et accompagnateur en Ecotourisme » de Saumur [Camille Judic] ou encore l’Université d’Avignon avec une Licence « Tourisme et économie solidaire ».

Il y a d’une part, beaucoup, voire trop, de Master spécialisé sur le sujet et d’autre part, des cursus qui intègrent mieux les notions de développement durable et de RSE de manière transversale [ID-Tourisme]. À l’ESCAET, l’axe « durable » est pris en compte dans toutes les formes de managements du tourisme (achats, revenue management…) et les entreprises sont preneuses de profils ayant cette transversalité.  Cette nouvelle vision globale permettra à long terme le développement du tourisme durable, synonyme de renouveau dans le secteur [AJA Tourisme].

En ce qui concerne les professionnels, il est essentiel de former sur ces questions les personnes en relation directe avec la clientèle (réceptionnistes, agents de voyages…) [Sara Duong]. De plus, les formations ne sont pas obligatoirement dispensées par des établissements spécialisés mais peuvent se faire au sein même des entreprises grâce à des outils comme TravelifeSystem [ATR].

 

Pour les écoles de tourisme, comment le développement durable est-il intégré ? Quelles pistes d’améliorations ?

A l’heure actuelle, le développement durable est faiblement intégré, il faudrait que les écoles elles-mêmes appliquent des politiques environnementales et sociales au sein de leurs établissements, et non plus en créant simplement un module de formation.  Pour améliorer la cohérence des initiatives, il faudrait que ces écoles soient par exemple, labellisés [ID-Tourisme], Cette démarche serait en soit, un excellent cas pratique pour des étudiants [Sara Duong].

Il est primordial d’allier la formation avec la réalité du terrain car dans l’avenir, le DD sera un prérequis et non plus une compétence à part entière [ESCAET]. Les jeunes, grâce à cet apprentissage transversal, intégreront de manière naturelle la RSE et deviendront acteurs du changement [Sara Duong]. Le caractère opérationnel de la formation doit devenir une priorité.

 

Quelles débouchés aujourd’hui dans ce secteur ?

Selon l’ESCAET, il y a de plus en plus de débouchés, d’où un besoin de formations plus important, notamment dans les métiers de la RSE, mais aussi dans l’introduction essentielle du développement durable dans les métiers actuels ; production, technologies de l’information, marketing, relation client… Au sein des collectivités, on retrouve les postes de chargé de mission tourisme durable. Les grands groupes recrutent également des responsables RSE et développement durable. Plus largement, il ne faut pas négliger le boom de l’entrepreneuriat social mais aussi des associations chargées de coordonner, animer et valoriser les démarches durables des opérateurs [ID-Tourisme] [ATR].

Pour en savoir plus sur les débouchés, on vous invite à consulter l’article d’HopineoTravailler dans le secteur du tourisme responsable ?” qui rappelle que le tourisme durable n’est pas un secteur à part entière, plutôt un état d’esprit à adopter par toutes les entreprises touristiques [Voyageons-Autrement.com].

 

Et pour les professionnels, quelle méthodologie et contenu de formations ?

Comme pour les étudiants, la formation professionnelle nécessite un parcours personnalisé ! Il faut penser métier et expérience, proposer un coaching concret pour intégrer la transition et l’évolution des personnes au sein de leurs organismes [ID-Tourisme], sans oublier la gestion du changement et la culture des entreprises [ESCAET].

La demande en formation professionnelle continue sur ces enjeux est importante. C’est pourquoi ATD travaille aujourd’hui à identifier les besoins réels des professionnels du tourisme et vous invite à répondre à l’enquête. Les résultats permettront de proposer des modules de formation par métier, en partenariat avec Solar Formation.

En termes de contenu, de nouveaux outils sont aussi disponibles en ligne : MOOC, bonnes pratiques sur les sites d’Hopineo, d’ATD, de Clef Verte…et peuvent servir aussi bien au sein d’une formation physique que virtuelle. Nous avons besoin de plus de collaboration et d’intelligence collective pour partager ces outils de tourisme durable. [Voyageons Autrement]

 

Comment imaginez-vous la formation innovante et durable de demain ?

Pour ID-Tourisme, pas de révolution mais plutôt des formations mixant l’humain et le digital avec des expériences à partager et une co-construction des cours. Autrement dit : finis les cours magistraux avec des exemples vieux de 20 ans, de l’innovation et de la réactivité ! Les étudiants doivent devenir de véritables acteurs de leur formation, et enrichir les programmes [ESCAET].

Pour la révolution, on imagine plutôt des tiers lieux exemplaires en matière de développement durable (éco-construction, enseignement multi-formats, école-entreprise restauration responsable…) qui serviront de centre d’expérimentation, de pratique et de rencontres entre professionnels, chercheurs et étudiants.

En attendant l’ouverture de ces « Ecoles-Hôtel Solar », d’autres modes d’apprentissage devraient être plus répandus, comme les éductours proposés par ATD lors des Universités du Tourisme Durable, les MOOCs gratuits et ouverts à tous tels que FunMooc, ou encore les ateliers de sensibilisation au voyage et à l’altérité que l’on retrouve au Grand Bivouac. [ATR]

En images

<
     
>
Categories Actualités