Tourisme Durable et Accessibilité, deux notions indissociables

jeudi 13 avril 2017
Actus du réseau France Mobilité - Transport
Labels - Certification
Aménagement - Urbanisme
Territoires - Destinations
Mobilité et transportsHébergementTerritoires et destinationsActivités et loisirs
Tourisme Durable et Accessibilité, deux notions indissociabl...
Twitter Chat #TDTC Tourisme et Accessibilité

Le Twitter Chat est un moment riche d'échanges qui se déroule tous les quinze jours sur le réseau ATD. Le 11 avril dernier, accompagné de Audrey de IWheelShare, nous avions choisi d’aborder la question de l’accessibilité des personnes en situation de handicap lors de leurs déplacements touristiques.

 
En quoi, les questions d’accessibilité sont-elles parties intégrantes du tourisme durable ?

La question de l’accessibilité est un critère fondamental du tourisme durable, c'est un droit qui peut être considéré comme universel [olivier_ranson]. C'est une question centrale qui doit se retrouver au cœur des politiques d'aménagement, dans l'optique d'un tourisme durable et responsable.  Des labels s'engagent comme Pavillon Bleu pour les Objectifs du Développement Durable 10 et 11 (ONU), qui sont la "Réduction des inégalités", et les  "Villes et Communautés durables". Cet engagement se traduit par des actions concrètes, comme l'équipement d'une plage par commune labellisée, avec un accès facilité, et des sanitaires dédiés pour les personnes à mobilités réduites [Pavillon Bleu]. La question de l’accessibilité est essentielle dans la mesure ou un voyageur sur 3 dans le monde, présente des besoins spécifiques. Avec le vieillissement de la population, les nouveaux touristes ayant des besoins d'accessibilité, ce sera nous, nos voisins, nos amis. Traiter la question du handicap et de l'accessibilité, c'est assurer la mobilité dans le tourisme des générations futures [Handiplanet]. Il faut prendre en compte les situations spécifiques de chacun pour mettre en place des services et des accompagnements adéquats. C’est permettre l'accès aux loisirs et au tourisme pour tous [Coopérative AJA]. Se fermer aux clientèles en situation de Handicap, c’est finalement se couper de l’entourage de ces personnes. Un signe de discrimination, et un manque à gagner pour l’industrie touristique évalué à plusieurs milliards d’euros, si on en croit les rapports de la Commission Européenne. [IWheelShare] [Handiplanet].

 

A quelles difficultés sont aujourd’hui confrontées les personnes en situation de handicap, avant et pendant leurs séjours ?

Tous les établissements n'ont pas forcément les équipements nécessaires pour accueillir les personnes en situation de handicap [Cooperative AJA]. Ce qui nécessite une préparation considérable avant de partir en voyage, de nombreux appels téléphoniques, des mails, la recherche d’informations sur des sites dédiés, et le recoupement de ces mêmes infos qui ne sont pas toujours exactes. Pour être fiables, elles doivent souvent être exprimées par des personnes elles-mêmes en situation de handicap, et des applications dédiées comme IWheelShare existent pour recueillir ces informations. On constate souvent un manque de précisions quant à l'accessibilité réelle de la structure qui va accueillir les personnes à mobilité réduite durant leur séjour, d’ailleurs le terme "accessible" est souvent interprété différemment entre une personne valide et une personne atteinte d'un handicap [VVF Villages]. Pavillon bleu a également mis en place une application relayant les informations sur l’accessibilité des plages et des ports [PavillonBleu]. La problématique des équipements est importante, mais il ne faut pas oublier la sensibilisation des hôtes au handicap qui leur permettra de mieux les accueillir [Initiatiç-voyage]. Une chose est sûre, Il faut avoir un maximum de contrôle pour minimiser les risques de problèmes, une douche ou un logement non accessible, et les vacances de ces personnes tombent à l’eau ! [IWheelShare].  Audrey, dans son article "Voyage et handicap : Se battre contre les préjugés et la mécanique", traite la thématique du voyage en fauteuil roulant électrique, et ses nombreuses galères, qui vont des problèmes techniques, aux préjugés dont sont victimes les personnes à mobilité réduite.   

 

Par quels moyens peut-on sensibiliser les professionnels du tourisme à ces enjeux ? Comment les convaincre d’intégrer cette problématique dans leur offre ?

Il faut organiser le plus possible des rencontres et des interventions entre les professionnels du tourisme et les personnes atteintes d'un handicap, afin de confronter les professionnels à la réalité et aux problématiques de façon concrète. Les échanges avec les personnes concernées permettent de savoir quels sont réellement leurs besoins et leurs attentes. Pour cela, faire tester des produits touristiques auprès d'un public volontaire, et de collecter leurs remarques, permet d'adapter les produits à la cible. Dans cette optique, Coopérative AJA, propose un guide des visites accessibles à un public non-voyant. [Cooperative AJA].

Chez VVF Villages, un groupe de projet RSE travaillera dès le mois de septembre sur la mise en place de formation auprès des équipes des villages [VVF Villages]. La qualification et les compétences des acteurs des séjours proposés sont primordiales, il faut être en mesure de s'adapter à la clientèle des personnes en handicap. 

Pour convaincre les professionnels d’intégrer la problématique de l’accessibilité dans leurs offres, il faut aussi valoriser les efforts d'aménagement des acteurs du tourisme, qui peuvent être un atout pour l'offre locale [Pavillon Bleu]. IWheelShare cite l’exemple de l'Office de Tourisme « Entre-Deux-Mers » qui a lancé un appel à initiatives de 200 000 euros pour aider au financement d'initiatives locales, et d'accompagnement des projets. L’Etat lui-même, par le biais de La Direction Générale des Entreprises (DGE) a créé des marques spécialement dédiées au handicap, Tourisme & Handicap, et Destinations pour tous, afin d’accompagner les collectivités et les professionnels dans leurs efforts en faveur de l’accessibilité [olivier_ranson].

 

Difficultés pour les professionnels d’adapter leurs offres au handicap ? Quelles mesures incitatives pourraient les accompagner ?

Selon Pavillon Bleu, chaque territoire doit faire face à des contraintes d'accessibilité qui lui sont souvent propres : relief, législation, événements météo. C’est pour cela qu’ils se sont donnés comme objectifs de sensibiliser et d’accompagner tous les lauréats du label dans la mise en œuvre de leur politique d'accessibilité [Pavillon Bleu]. Pour les guides par exemple, une offre adaptée permet de se différencier de ses concurrents, en proposant un plus. Cela ne peut être que bénéfique pour les clients, et pour le guide qui voit son activité se développer, et son public se diversifier [Coopérative AJA]. Pour des agences comme Initiatiç-voyage, spécialiste en personnalisation des séjours dans des zones très peu connues et parfois peu habituées à accueillir des touristes, l’accessibilité est une problématique peu abordée, d’où une certaine difficulté à proposer des solutions pour les personnes ayant un handicap. Aujourd’hui, au-delà d'échanger des idées, une des solutions est la mutualisation des connaissances dans le domaine du handicap, via les outils numériques, afin de partager les bonnes pratiques [Initiatiç-voyage]. Il faut également faire comprendre aux professionnels que le handicap est pluriel, et qu'une offre ne peut pas être adaptée à tous les types de personnes concernés. Pour cela, on doit être capable de faire des offres en fonction du degré de mobilité. C’est une donnée essentielle pour ouvrir le dialogue entre professionnels du tourisme et personnes à mobilités réduites [Handiplanet].

 

Connaissez-vous des solutions innovantes pour améliorer l’expérience de vacances des personnes en situation de handicap ?

Il existe des solutions innovantes comme le guide de voyage collaboratif et social, dont les expériences sont renseignées en fonction du degré de mobilité, et de handicap.  Il permet d’organiser son voyage grâce aux retours d’expériences d’autres voyageurs dans la même situation de handicap, et de partager à son tour sa propre expérience vécue. [Handiplanet]. Pavillon Bleu a mis en place une série de dispositifs sur les plages pour les rendre accessible à la baignade aux personnes à mobilité réduite : tiralo, hippocampe, audioplage. Mais aussi dans les ports, afin de rendre la plaisance possible, avec l’aménagement de potences, de rampes d’accès, de promenades spécialisées. Des territoires s’engagent pour l’accessibilité des personnes à mobilité réduite, comme en Polynésie Française et l’Ile de Bora Bora, qui s’est dotée de Tiralo. La réduction de la mobilité ne concerne malheureusement pas que le handicap, il faut aussi penser aux aménagements pour les personnes avec des poussettes, des béquilles, et bien sûr les personnes âgées. Pour eux aussi, il y a des besoins spécifiques. Il existe des solutions innovantes qui permettent aux PMR de pratiquer des activités traditionnellement réservées uniquement aux valides, comme le ski nautique ou le VTT, les balades naturalistes, les randonnées... [Pavillon Bleu]. Mais la grande révolution, ce sont les applications mobiles comme IWheelshare, qui permet de partager de manière géolocalisée les bons plans, et les galères à éviter. Pour éviter les déconvenues sur place, Handiplanet recense les lieux réellement accessibles, il suffit de s’inscrire sur leur site. Et pour savoir où dormir, où pratiquer des activités adaptées, on peut consulter le site de Handycairn. Enfin, pour se déplacer, Wheeliz permet la location entre particuliers de voitures aménagées pour les personnes à mobilité réduite partout en France.

 

En images

<
     
>
Categories Actualités