Programme "Pour un hébergement durable à Paris"

Mobilité - Transport
Énergie - Construction
ESS - Économie circulaire
Produits - Alimentation
Patrimoine - Biodiversité
Communication - Sensibilisation
Labels - Certification
Politique - Réglementation
Territoires - Destinations
Hébergement
Programme "Pour un hébergement durable à Paris"

Contexte / objectifs

Afin de répondre aux attentes de visiteurs écocitoyens, l’Office a lancé en 2012 un programme innovant de développement durable qui a pour ambition d’encourager les hôteliers parisiens et franciliens à adopter une démarche écoresponsable, et à les accompagner dans le démarrage de leur plan d’actions pour monter en compétence sur tous les thèmes du développement durable (volets environnemental, économique et social/sociétal).

Cofinancé par l’Office et l’Ademe Île-de-France, et mené en collaboration avec l’UMIH et Atout France, ce programme entièrement gratuit compte à fin septembre 2016 463 hôtels signataires à sa charte « Pour un hébergement durable à Paris ».

Ce programme s’adresse aux hôteliers parisiens et franciliens, indépendants ou affiliés à une chaîne, accueillant une clientèle de loisirs ou d’affaires, qui souhaitent être évalués, accompagnés et valorisés dans leur démarche de développement durable.

Jusqu’à fin juin 2015, ce programme était réservé aux hôteliers adhérents de l’Office. Par la suite, avec la tenue de la COP21 à Paris en décembre 2015, il s’est ouvert à l’ensemble des hôtels contingentés pour cet événement, indépendamment de leur adhésion à l’Office.

Description

Le programme « Pour un hébergement durable à Paris » se déroule en 3 étapes principales.

1/ Un autodiagnostic en ligne (durable.parisinfo.com)

L’Office met à disposition un outil d’autodiagnostic développement durable en ligne qui permet aux hébergeurs touristiques de faire un bilan de leurs actions et d’identifier leurs axes de progrès.

Cette étape d’autoévaluation est ouverte à tous les hôteliers. Composée de 57 questions, cette évaluation est simple à utiliser et rapide à renseigner (uniquement des réponses à cocher). A l’issue du questionnaire, un rapport est édité reprenant les résultats et donnant des pistes d’amélioration sur tous les thèmes abordés. L’hôtelier contacte l’équipe de l’Office pour discuter du résultat obtenu.

Les données renseignées dans l’autodiagnostic ne sont accessibles qu’à la personne en possession de l’identifiant et du mot de passe et à la personne chargée de la gestion de ce programme. L’Office s’engage à garder l’ensemble des informations fournies confidentielles.

2/ L’accompagnement de terrain

Si le résultat obtenu à l’autodiagnostic en ligne est égal ou supérieur à 51%, l’Office procède à une visite de l’établissement durant laquelle il est discuté des actions menées et à venir sur tous les thèmes du développement durable. A l’issue de ce rendez-vous d’1h30-2h, l’autoévaluation sera corrigée le cas échéant, puis validée (dans la très grande majorité des cas). Il sera remis à l’hôtelier une attestation de visite avec reprise des principaux points discutés (points forts et à améliorer).

Si le résultat obtenu est inférieur à 51%, l’hôtelier suit les pistes d’améliorations proposées dans le rapport généré à la fin de l’évaluation en ligne, de manière à mettre en place des actions supplémentaires qui lui permettront d’atteindre rapidement ce seuil en modifiant son questionnaire.

Dans les deux cas, l’hôtelier peut, s’il le souhaite, participer à des ateliers et éductours thématiques organisés par l’Office. Ces animations favorisent les échanges entre hôteliers et experts du développement durable autour de solutions concrètes et opérationnelles.

Les ateliers abordent les sujets suivants : premières actions de développement durable, achats et fournisseurs, maîtrise des consommations d’eau et d’énergie, pénibilité au travail, accessibilité handicap, gestion des déchets, etc.

Les éductours ont pour objectif de faire découvrir aux hôteliers Parisiens des quartiers de Paris sous l’angle d’initiatives touristiques durables. Les lieux et activités présentés aux hôteliers sont susceptibles d’intéresser leurs clientèles souhaitant découvrir un Paris plus authentique, plus immersif, avec davantage de Parisiens que de touristes : 18e arrondissement (hors Buttes Montmartre), 19e arrondissement, etc.

3/ Signature de la Charte et communication

Lorsque la performance à l’autodiagnostic est au moins égale à 51% et que l’Office a validé ce résultat, l’hôtelier peut signer la Charte « Pour un hébergement durable à Paris » qui l’engage à poursuivre et à améliorer ses actions pendant 3 ans. En plus de la valorisation de cette démarche sur ses outils de communication, l’Office remet un kit de communication à l’hôtelier qui lui permet de donner de la visibilité à son engagement en faveur d’un hébergement durable (logo « hôtel durablement engagé – OTCP » en format web et vitrophanie, chartes en français et en anglais).

A la signature de la Charte, l’hôtelier s’engage à tout mettre en œuvre pour :

  • Promouvoir les valeurs du développement durable aussi bien dans sa gestion qu’auprès de l’ensemble de ses interlocuteurs (transparence éthique, respect de la législation et de la réglementation, respect des droits de l’homme, etc.) ;
  • Réduire les consommations d’énergie et d’eau de l’établissement ;
  • Réduire et valoriser les déchets de l’établissement ;
  • Mener une politique d’achat écoresponsable ;
  • Sensibiliser ses fournisseurs et collaborateurs au développement durable ;
  • Partager les valeurs du développement durable avec ses clients et les encourager à participer à cette démarche écologique tout au long de leur séjour ;
  • Accueillir dans les meilleures conditions les clients handicapés (moteur, sensoriel ou mental) et leur proposer les informations adéquates sur l’accessibilité des établissements et activités touristiques ;
  • Améliorer les conditions de travail de ses collaborateurs et leur bien-être eu travail ;
  • Valoriser le patrimoine naturel et culturel du territoire parisien ;
  • Mesurer les progrès, pérenniser et communiquer sa démarche de développement durable.

Note : si un établissement est déjà labellisé La Clef Verte, Ecolabel Européen, ou certifié Green Globe, ISO 14001 ou EartCheck, l’hôtelier remplit les critères pour être directement signataire de la Charte de l’Office.

4/ Etape suivante

Afin d’approfondir ses avancées, l’Office encourage les hébergeurs touristiques à s’engager dans une démarche de labellisation ou de certification de développement durable.

Détails de la bonne pratique

Pour visualiser le détail de la bonne pratique, connectez-vous ou devenez membre.

En images

<
  
>
Categories Bonnes pratiques