Un Grand Site de France devient une destination d’écotourisme : le Massif du Canigó

Contexte / objectifs

Les Pyrénées-Orientales proposent traditionnellement deux destinations touristiques, la mer et la montagne pour le ski, mais dans l’arrière-pays une destination gagne de nouvelles lettres de noblesse : le Canigó. Après sa labellisation Grand Site de France en 2012 un projet a été élaboré par le Syndicat Mixte Canigó Grand Site et les professionnels du tourisme : faire de la montagne sacrée des Catalans une destination écotouristique, centrée sur les itinérances.

Description

Premier promontoire des Pyrénées, à égale distance de Toulouse, Barcelone et Montpellier, le pic du Canigó est depuis toujours un haut-lieu touristique et un emblème pour dix millions de Catalans. Malheureusement, au fil des années, l’esprit du lieu est terni par l’afflux de véhicules en cœur de massif et des projets de routes d’altitude sensés le traverser. En 2000, le Syndicat Mixte Canigó Grand Site entreprend de réguler le flot de véhicules en limitant l’accès motorisé au massif. Un réseau de 750 km de sentiers, les “tours” et “boucles” du Canigó reliant les villages de piémonts, est balisé. Il faudra douze années de traitement “curatif” pour lui redonner son éclat. La labellisation Grand Site de France en 2012 consacre les efforts des collectivités. Une fois cette reconnaissance acquise, le Syndicat Mixte entreprend de faire émerger une destination dédiée aux activités de pleine nature associant, au-delà du pic, le piémont et les balcons qui offrent les plus beaux points de vue sur la montagne. Cette démarche s’appuie sur l’atout que représente ce paysage de montagne de climat méditerranéen permettant d’élargir la saison hors de l’été. Une vaste concertation territoriale est organisée avec les socio-professionnels du Canigó ainsi que les structures associatives. “Quand le cadre de référence a été validé nous avons élaboré une feuille de route, point par point, explique Florian Chardon, directeur du Syndicat Mixte. Il s’agissait de mettre en place une méthodologie de travail pour un projet opérationnel, construit collectivement”.

Trois schémas sont arrêtés en 2014. Le premier concerne les activités de pleine nature qui, sur le Canigó, représentent un important potentiel. L’offre existait, il fallait la coordonner et la mettre en réseau pour que le Canigó devienne une destination écotouristique structurée autour de toutes les formes d’itinérances, hors motorisation, qu’il a choisi d’être. Le second, dit schéma d’interprétation du patrimoine, vise à rendre lisible l’offre patrimoniale. Jusque-là quelques sites tiraient leur épingle du jeu : le pic, le village d’Eus, l’abbaye de Saint-Martin du Canigó... mais sans effet de renvoi d’un site à l’autre, ni de dynamisation de l’économie locale. Les touristes butinaient l’offre du territoire, ils n’y restaient pas. Il fallait trouver le fil conducteur, créer du sens. Ces travaux débouchent naturellement sur une stratégie marketing pour le territoire, avec une mise en réseau et en synergie des acteurs repérés. L’agence départementale du tourisme, les communautés de communes et la chambre de commerce contribuent fortement à ce troisième schéma. Le tout a été fait en travaillant sur l’identité de la destination, en reprenant les notions d’expérientiel, de partage, en résonnance avec les valeurs communes des Grands Sites de France telles qu’élaborées collectivement au sein du Réseau des Grands Sites de France.

Pour nourrir cet important travail de mise en cohérence, plusieurs groupes de travail se réunissent régulièrement. Un groupe “Offices de tourisme” qui rassemble les 17 structures à l’échelle du rayonnement du Grand Site de France ; un groupe “Gouvernance sentiers”, appuyé par l’autorité organisatrice de la randonnée ; un groupe “Gardiens de refuge” et un autre qui réunit les professionnels des activités de pleine nature. Un important travail d’animation de terrain pour le Syndicat qui ne compte qu’une petite dizaine de salariés mais un travail indispensable qui permet à chacun de s’insérer dans un cadre cohérent. Un chargé de mission tourisme a été recruté dès l’amont pour l’animation du projet, l’articulation des trois schémas et pour la structuration de l’équipe autour de la démarche touristique. En 2015, le Syndicat Mixte est lauréat de l’appel à projet Spôtt, Structuration de Pôles Touristiques Territoriaux, lancé par le ministère de l’Économie, avec pour objectif de devenir une destination euro-régionale d’excellence structurée autour de toutes les formes d’itinérances. Un nouveau souffle est donné aux acteurs du tourisme et, au delà, à la vie de ce territoire.

Détails de la bonne pratique

Pour visualiser le détail de la bonne pratique, connectez-vous ou devenez membre.

En savoir plus

En images

<
>